©Ecrit avec passion!

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle

On ne peut pas plaire à tout le monde ... et c'est heureux !

8 Aug 2017

 

 

      Depuis le lancement du blog il y a 4 mois, j’ai reçu des dizaines de messages de soutien💪 sur Facebook, sur LinkedIn, par mail ou de vive voix. Mon parcours professionnel m’ayant donné la chance de rencontrer de nombreux vétérinaires et de discuter avec eux, j’ai créé ce blog pour ouvrir le débat sur l’évolution de notre profession. Je souhaitais partager avec vous mes réflexions et surtout m’enrichir encore et toujours de vos remarques et de vos expériences. Comme vous avez pu le lire, j'espérais que la bienveillance et la confraternité seraient les maîtres mots de nos échanges. N'allez pas comprendre par là que je suis à la recherche d'une réassurance consensuelle parce qu'en réalité, je souhaite seulement rester dans une démarche constructive, même si vos idées vont parfois à l'encontre de mes opinions. Par conséquent, je remercie👌 tout ceux qui, avec bienveillance, m’ont envoyé des messages pour soulever un désaccord, challenger un point de discours ou me faire part d’une expérience personnelle.

      Malheureusement, j'ai également reçu quelques messages faisant montre d’une agressivité qui m’a laissée pantoise. Je sais ce que vous allez me dire : pourquoi accorder de l'importance et du temps à une poignée de confrères agressifs, surtout qu'ils se comptent sur les doigts d'une seule main? N'est-ce pas leur montrer qu'ils ont de l'impact et jeter de l'huile sur le feu 🔥 ? Je me suis posée toutes ces questions et finalement, après quelques atermoiements, j'ai décidé qu'on ne pouvait pas banaliser de tels propos et que par conséquent, j'avais un droit de réponse. J’ai donc rédigé une lettre collective pour ne plus avoir à passer mes soirées à répondre individuellement. Je n’ai pas la naïveté de croire que je vais convaincre qui que ce soit mais au moins, je fais part de mon ressenti.

 

 

      Lettre ouverte aux indécrottables pessimistes,

 

      Mes chères consoeurs, mes chers confrères,

 

Vous invoquez la légitime défense

      Vous m’expliquez que c'est moi qui vous ai agressé la première avec mon optimisme que vous qualifiez d’outrancier et vous me dîtes que vos messages constituent une riposte légitime. J’ignorais qu’on puisse se sentir ainsi agressé par une disposition d’esprit qui incline à prendre les choses du bon côté. Je tiens à vous rassurer, je ne suis pas un "bisounours" qui ne s'est jamais confronté à la vraie vie et qui voit la réalité au travers d'un joli prisme distordu. Et quand bien même, votre défense est-elle proportionnée à la gravité de l’atteinte ? Dans votre boule de cristal 🔮, vous me prédisez tantôt un prompt divorce, tantôt la colère de mes (potentiels futurs) enfants pour les avoir sacrifié sur l'autel de mon travail, et pour finir en beauté, vous me promettez solitude et dépression😳. Et alors seulement, je réaliserai que mon optimisme était futile et dérisoire et que c'est vous qui aviez raison! 

      Je peux concevoir que quand on n’est pas satisfait par sa vie professionnelle, on ne veuille pas entendre que d’autres puissent l’être. C’est humain ! Je respecte votre souffrance mais je ne peux tolérer qu’elle tente de me museler. Vous m’expliquez que mes propos ont un des effets délétères et insidieux. Mais avez-vous seulement mesuré les conséquences des vôtres ? Pensez-vous qu'il soit juste et raisonné de souhaiter mon malheur pour la simple raison que j'aime mon métier et que je partage cette positivité en écrivant ? 

 

Vous piétinez volontiers ma liberté d'expression

      Vous me sommez de cesser d’écrire sur un ton menaçant. Il me semble pourtant qu'en France, toute personne a le droit d'avoir une opinion et de la communiquer à autrui. Je respecte la vôtre, tant qu’elle n’entrave pas la mienne. Si mes écrits vous mettent dans un tel état d’exaspération, ne serait-il pas plus sage de cesser simplement de me lire ? Je vous assure, un article de blog ne vaut pas la peine de se rendre malade. 

 

 La joute verbale sur internet n'est pas mon fort

      J’aime échanger des idées, débattre, construire une réflexion. En revanche, si vous avez besoin d’un duel houleux pour pimenter 🌶 vos soirées, je ne suis pas la bonne interlocutrice. D’abord, parce que ce genre d'invective me laisse placide, ce qui n'apportera pas suffisamment d'eau à votre moulin. Ensuite, parce que je préfère la joute oratoire en face à face. En règle générale et pas seulement en ce qui me concerne, je suis horrifiée de l'hostilité (voire de la cruauté) de certains messages, rédigés bien caché derrière son ordinateur. Vous me sommez de vous répondre lorsque je tente de clore la discussion, comme s'il s'agissait d'un affront personnel alors que j'essaie seulement de mettre un terme à un échange qui tourne en rond. Est-ce nécessaire de perdre ainsi votre temps, puisque chacun campe sur ses positions ?

 

J'ai confiance dans l'avenir de notre profession

      Vous m’expliquez que le métier de praticien peut s'avérer cauchemardesque et que je suis complètement à côté de la plaque. Vous me dîtes que mes articles sont mensongers car ils contribuent à faire croire que la profession connaitra des lendemains plus heureux. Sur ce point, nous sommes irréconciliables car j’ai confiance dans une issue favorable.

 

Quelle est l'âge requis pour avoir le droit de s'exprimer ?

      Une gamine de 30 ans 👶 ne va pas vous apprendre la vie ? Je le conçois tout à fait. Après tout, on dit que la sagesse est l’apanage des anciens. Mes expériences sont sûrement moins nombreuses que les vôtres, c’est vrai ! Mais j’aime à croire qu’elle sont suffisamment riches pour que je puisse en tirer quelque chose. Faut-il vraiment attendre 40 ans (50 ans peut-être ?) pour en faire état ?  Admettez que cet argument est fort peu convainquant.

 

 

Mon CV est disponible sur LinkedIn

      Vous me demandez des comptes sur mon parcours professionnel afin de vérifier que j’ai bien la légitimité pour écrire. Je vous informe donc que l’intégralité de mon CV est disponible sur LinkedIn. Je vous laisse seul juge. Si vous estimez que je n’ai pas l’expérience requise pour écrire des articles de valeur, je vous propose de cesser de venir sur mon blog. Mais il est inutile de vouloir en débattre avec moi pour essayer de me convaincre de cesser d’écrire. 

 

Ma génération n'est pas responsable de tous vos maux 

      Vous me dites que je suis dans le moule d’une génération de "monstres insensibles, incapable d’empathie, sadiques et adeptes du tout tout de suite" 😳 ou que nous avons "une forêt de baobabs dans chaque main"😞. Vous m’expliquez que "nous n’avons pas compris que nous étions là pour bosser"😕, que "vous nous proposez des jobs en or et que nous ne savons que les refuser avec mépris"😖. Vous me racontez que "nous n’avons pas le sens du devoir" et que "nous sommes pervers au point d'aimer faire souffrir les animaux" 😩. Charmant florilège … Moi qui espérait pousser à la réflexion plutôt qu’à la confrontation, moi qui aimerait rassembler plutôt qu’écarteler… Sincèrement, je n’ai pas de mots 😭 pour vous expliquez combien vous faites erreur. 

 

Dieu merci, les jeunes vétérinaires ont un cerveau !

      Vous m’accusez de vous empêcher de trouver de jeunes collaborateurs en leur mettant des idées pernicieuses dans le crâne. Soyez raisonnable, mon blog existe depuis 4 mois : mes écrits ne peuvent être à l’origine de vos difficultés de recrutement. Certes, j’espère être lue et avoir de l’impact 🎯sur mes lecteurs, mais vous me prêtez une trop grande influence, je vous assure ! Je ne pense pas que ma plume soit capable de lobotomiser de jeunes esprits.

       Rassurez-vous, les jeunes vétérinaires ont la tête bien faite, ils ont des capacités d’analyse qui leur permettent de garder un esprit critique et de ne pas prendre pour argent comptant tout ce qu’ils peuvent lire. Ils n’ont besoin de personne pour penser par eux-mêmes. Ils ne sont d’ailleurs pas tous d’accord avec moi parce que nous ne formons pas un magma générationnel uniforme et unanime. 

 

 

      Vos réactions, aussi hostiles soient-elle, ont le mérite de démontrer que ces sujets brûlants sur l'avenir de notre profession déchaîne les passions et génère autant d'interrogations que d'intérêt. De même que tous les messages positifs que j'ai reçu confirment que de nombreux vétérinaires (de tout âge et de tout bord, j'insiste là-dessus) sont heureux, épanouis et prêts à faire avancer les choses ! Ceci me conforte évidemment dans l'idée de continuer à écrire. Ca ne vous plaira peut-être pas mais il faut de tout pour faire un monde 🌍 et c'est tant mieux !

 

    La vie est belle et l’avenir des vétérinaires radieux ☀️ . Vive l’optimisme !

   

    Je vous souhaite le meilleur, sincèrement.

    Bien confraternellement,

 

 

Marine.

 

 

“Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire” Voltaire.

 

 

 

 

 

Partager
Partager
Please reload